La Résistance Normande: le maquis Surcouf

 

C'est en 1971 qu'en sillonnant la Normandie pour tenter de démêler les fils d'un réseau de l'I.S. britannique que Raymond Ruffin découvrit "le Surcouf".  Ses interlocuteurs évoquaient invariablement comme exemple de la résistance normande, le maquis Surcouf, et le nom de Robert leblanc revenait toujours dans la conversation.

Accumulant documents et témoignages durant 25 ans il consacra plusieurs ouvrages à l'épopée du Surcouf:
 Les lucioles de ma nuit, Ces Chefs de maquis qui gênaient, Résistance normande et Jour J, Le prix de la Liberté, et  le guide des maquis de Normandie. Sans omettre bien entendu, ses ouvrages consacré à violette Morris qui fut éxécutée, sur ordre de Londres par les hommes du Surcouf. (La diablesse et la Hyène de la gestap).

 


ces-chefs2.jpgCouverturelucioles-2.jpg846231257 L-copie-1
 

"Je n'oublie pas le Maquis Surcouf, fer de lance de la Résistance normande"
Charles de Gaulle le 15/04/1956

 Le maquis surcouf

Le Canton de Saint Georges du Vièvre, grâce à ses vallons aux pentes boisées et son bocage, fut un haut lieu de résistance lors de la Seconde Guerre Mondiale.

En 1942, l’épicier du village Robert LEBLANC, le curé l’abbé MEULANT et le charpentier Robert SANSON dit « la Torpille », commencèrent à cacher des jeunes réfractaires au STO. Puis, l’effectif grossit et le maquis s’organisa en groupes armés qui, à partir de septembre 1943, multiplièrent les coups de main et les sabotages.Sous le commandement de Robert Leblanc le maquis Surcouf compte 2 000 hommes au plus fort de l’été 44. Des actions de guérilla et de sabotages sont organisées dès le 5 juin, avant que le Allemands, du 8 au 18 juin, s’emploient à le démanteler. Jusqu’au 14 juillet le maquis Surcouf multiplie les sabotages pour perturber les communications allemandes. Mais les arrestations et les rafles opérées entre le 14 juillet et le 8 août mettent un terme à son existence à la mi-août 1944.
Le Maquis Surcouf deviendra très efficace dès la fin 1943 et surtout dans les mois de mai, juin et juillet 1944.

Le 1er juin 1944, en effet, le maquis, fort de ses 11 sections combattantes et de ses groupes annexes, entama la bataille de la Libération. Pour lui, la guerre ne se termina qu'en 1946 lorsque le 1er bataillon de marche qui avait été formé à l'automne 1944 fut démobilisé.

Il fut le maquis le plus actif de Haute Normandie durant la Seconde Guerre Mondiale.



Ceux du Surcouf:  

      ceux du surcouf22-copie-1Couverture                                                                                                          
ceuxdusurcour leblanc2ceux du surcouf ffi

ceux du surcouf23ceux du surcouf42

Quand le 8 octobre 1944, le maquis Surcouf, devenu le 1er bataillon de marche de Normandie, rendit sur la place du Neubourg les honneurs au général de Gaulle, ce dernier, admirant la présentation impeccable du bataillon, me demanda :

- Qui dirige ce bataillon ?

Je lui répondis :

- Le commandant Robert Leblanc, matelot de 2e classe, réformé.

général LEGENTILHOMME
ancien commandant de la 3e région militaire.

       
- Le médecin-colonel Hochart fut l'un des co-fondateurs du maquis Surcouf.
Médecin installé à Bourgtheroulde depuis 1937, mobilisé en 1939, (sa conduite au feu lui valut l'attribution de la croix de guerre avec palme),  il crée en mars 1943, alors que le maquis se développait rapidement, le service de santé devenu indispensable à la formation clandestine. Il parvient à mettre en place un hopital de campagne au manoir du Buisson à Saint-Christophe-sur-Condé. Patriote ardent, droit, intègre, chaleureux, le Médecin-colonel Hochart a marqué par sa personnalité généreuse les dures années de la clandestinité.
En 1944, retrouvant son rôle et son grade dans l'armée de libération il s'engagea au côté de ses camarades dans le glorieux Bataillon de marche de Normandie qui devait poursuivre l'ennemi jusqu'au coeur du Reich. 


ceux du surcouf rené grégoire2

- René Grégoire, fut l'une des "Lucioles de ma nuit" de Raymond Ruffin. Il fut en effet celui qui lui fit découvrir l'esprit et les valeurs de la Résistance, à l'origine de la vocation d'historien de l'auteur... 

- maquisards du surcouf ayant participé à la libération de Cormeilles.

ceux de surcouf cormeilles


 

- La zone d'activité du Surcouf:

 

surcouf zone2

 

- Organigramme du maquis


surcouf organigramme2



Documents:
- la fausse carte d'identité de Robert Leblanc

ceux du surcouf carte d'identité

 



- Vidéo INA. Edmond Floquet survivant du maquis surcouf.

Edmond FLOQUET a 17 ans lorsqu'il intègre le maquis Surcouf, un des premiers créé en Normandie qui opérait dans un triangle Pont Audemer, Bernay et Rouen. La nuit du 5 juin 1944 le maquis est réuni dans une ferme mais est repéré par la Gestapo. Edmond FLOQUET se souvient des jours qui ont suivi et qui ont vu la plupart des membres du groupe disparaître dans les combats.

 


ceuxdusurcour leblancépicerieA Saint Georges du Vièvre, face à l’église se trouve une épicerie : le berceau du maquis Surcouf. Lors de la seconde guerre mondiale, les maquisards s’y réunissaient pour préparer les sabotages.

A l’entrée du village, inauguré le 10 juin 1948 en présence de Pierre Mendès-France, un grand monument rend hommage aux résistants de la région qui ont donné leur vie dans la lutte contre l’occupant allemand.